Interview de Cécile Corbel
(mai 2006) :

Cécile Corbel
(Cécile Corbel)

La talentueuse harpiste et chanteuse Cécile Corbel, qui a sorti récemment un excellent premier album, a accepté de répondre à mes questions :

 

Laurent : Bonjour Cécile. Comment s'est déroulée votre rencontre avec la harpe celtique ?

Cécile Corbel : J'ai commencé la harpe quand j'avais 17 ans mais j'ai toujours joué de la musique. Quand j'étais petite, je jouais de la guitare et il y avait beaucoup de musique à la maison... Je n'ai pas choisi la harpe... C'est plutôt elle qui m'a choisie ! J'ai découvert l'instrument en allant à un concert et il m'a tout de suite séduite...

L : Quelles sont vos principales influences ?

C C : Les influences, je les collecte au fur et à mesure de ma vie. J'ai toujours écouté pleins de styles de musiques, par uniquement des musiques traditionnelles, mais aussi du rock, pas mal de choses...
Mon plaisir est de mêler les influences et les cultures. La musique celtique est naturelle pour moi car je suis née en Bretagne. Mais j'ai toujours été attirée par l'orient et les musiques du monde entier. Mon spectacle est un voyage dans lequel je mêle les musiques celtiques et les couleurs orientales à mes propres compositions...
Ce sont les hasards des rencontres et l'écoute de disques qui me font découvrir de nouvelles pistes musicales que j'essaye de m'approprier... Parmi mes modèles et inspirations : Alan Stivell, Loreena McKennitt ou Kate Bush...

L : C'est vrai que dans votre album, vous proposez un répertoire qui dépasse largement les frontières de la musique celtique ! Pourtant, malgré la diversité des morceaux et des langues utilisées, le disque reste très homogène ! Ça ne devait pas forcément être évident à réaliser, si ?

C C : Je me suis aperçue qu'à la harpe celtique on pouvait faire énormément de choses, et que les musiques d'autres pays passaient très bien à la harpe. J'ai conçu mon spectacle comme une sorte de voyage, où les pays celtiques et méditerranéens se mêlaient, et dans le CD cela se reflète naturellement. Il y a des chansons en breton, mais il y a aussi une chanson en sépharade. Toutes les musiques du monde sont reliées par un lien invisible qui les lie les unes aux autres... C'est comme cela que je le ressens et on le ressent aussi sur le disque... Le mélange des influences reflète un peu mes différentes envies par rapport à mon instrument.

L : Et les concerts justement, comment se passent-ils ? En solo ? Avec d'autres musiciens comme sur le CD ?

C C : J'ai deux formules. Une plutôt solo, où je suis à la harpe et au chant. Je la réserve aux lieux un peu intimes, comme les églises ou les chapelles... Pour les dates plus importantes, on passe en formule trio avec mon guitariste, et mon violoniste. Pour correspondre un peu plus aux couleurs de l'album qui va naître, nous allons passer à cinq musiciens sur scène, très prochainement, avec en plus un percussionniste et un bassiste.

L : Ce changement de configuration signifie-t-il des orientations différentes pour le nouvel album ?

C C : Le second album, au format 12 titres cette fois, va sortir fin 2006 (le 31 octobre, pour Halloween). Nous avançons tranquillement en studio. Les titres sont déjà bien avancés. Le second album aura des couleurs un peu plus "pop" ou "rock" tout en gardant l'esprit qui a fait le charme du premier CD. Je travaille avec pas mal de musiciens sur ce projet et je prends vraiment le temps sur les arrangements des chansons.

L : J'imagine que depuis que Harpe Celtique et Chants du Monde bénéficie d'une distribution via Keltia Musique, un public plus grand a pu le découvrir. Quel accueil lui a-t-il été réservé jusqu'à présent ?

C C : Nous avons eu un très bon accueil du public et de la presse... Il y a eu beaucoup de beaux concerts depuis la sortie du disque et je crois que le second CD est assez attendu ! Je suis heureuse d'avoir élargi mon public et je rêve d'une tournée dans toute la France pour le second album...

L : J'espère aussi que cela pourra se faire. Bonne continuation, et merci Cécile !

C C : Merci beaucoup !

 
Retour en haut de page

Retour à la page de Cécile Corbel